Il y a un an, j’ai pris la décision d’arrêter de manger de la viande. Je n’ai jamais aimé manger du lapin, du canard, du porc, de l’agneau, du cheval… Je ne mangeais que du poulet et du bœuf. J’adorais manger du chorizo, du saucisson de jambon, un sandwich à l’américain ou du jambon espagnol/italien (je pouvais en manger matin midi et soir) mais jamais de la viande de porc pure. Par contre, j’ai toujours été assez difficile pour manger. Je n’aimais pas vraiment les légumes et remplissait mon assiette avec beaucoup de viande. D’ailleurs, je mange des tomates seulement depuis deux ans. Je n’aime toujours pas la salade (oui oui, je sais ce que vous pensez « une végétarienne qui ne mange pas de salade, what, comment est-ce possible ? ») et je ne porte toujours pas certains légumes dans mon cœur (snif). Pourtant, j’ai décidé d’arrêter de manger de la viande. Je vais tout d’abord commencer en vous donnant les 3 raisons qui m’ont convaincues de changer ma manière de m’alimenter au quotidien. Alors, je tiens à préciser que ce fut comme un processus, une évolution en continue pour arriver là où j’en suis aujourd’hui.

1. Le bien-être animal 

Ce fut la première raison principale qui me donna la motivation de faire ce choix. Quand j’étais petite, j’aspirais à devenir vétérinaire. Mais je me suis vite rendu compte en grandissant que j’allais avoir du mal à faire ce métier. Les animaux sont pour moi des êtres vivants incroyables, que l’on doit respecter et protéger. Des centaines d’espèces animales ont disparues à cause de l’homme et des centaines d’autres sont en voie d’extinction. Vous allez me dire que le poulet n’est pas proche de disparaître et que KFC continuera à se faire de l’argent. Cependant, le fait de penser que l’on doit manger de la viande pour survivre, nous donne l’impression que l’humain a le droit de chasser, élever et consommer toutes sortes d’espèces animales. Alors que non, nous n’avons pas besoin de cela pour être en parfaite santé. J’en viens donc à ma deuxième raison. Celle-ci, est venue 2-3 mois plus tard quand j’ai commencé à voir que mon corps réagissait bien à ce nouveau mode de vie. Je m’étais également abonné à plusieurs comptes végan et/ou végétarien qui partageaient des recettes faciles à faire. Mais pas que, ils parlaient également des effets que cela pouvait avoir sur notre santé.

2. Ma santé

De plus en plus d’études commencent à voir le jour concernant les effets négatifs de la consommation de viandes et des produits d’origine animale sur notre santé mais, également des documentaires sur Netflix. Je vous parle de cela, car, c’est après avoir regardé « The Game Changers » que ma santé est devenue une deuxième raison importante pour arrêter de consommer de la viande. Je vais maintenant vous expliquer pourquoi arrêter d’en manger peut avoir énormément d’effets positifs sur notre corps et nous faire gagner quelques années de vies. Les « petits » effets positifs que l’on peut voir sur le court terme (quelques semaines/mois) : on se sent mieux, on a moins de ballonnements après avoir mangé, une peau plus belle, un meilleur sommeil, une diminution du taux de cholestérol… mais pas que. Les végans (des personnes ne mangeant aucuns produits d’origine animale : pas de fromage, d’œufs, de viande/poisson, de lait etc.), les végétariens et les pesco-végétariens sont moins susceptibles de développer certaines maladies graves. Par exemple : le diabète, des problèmes cardiaques, des cancers… En quelques chiffres : un pesco-végétarien diminue de 13% ses risques d’avoir une crise cardiaque et un végétarien de 22%.

Dans ma famille, il y a eu pas mal de cancers et autres maladies graves. Je n’avais pas envie d’être la suivante sur la liste. Alors, j’ai préféré être en bonne santé et arrêter de manger de la viande. Je ne bois également plus de lait de vache depuis au moins deux ans. Saviez-vous qu’une grande partie de la population a une intolérance au lactose ? Et que nous étions la seule espèce sur Terre à boire le lait d’un autre mammifère ? Rien de bizarre dans tout ça ?

Quand le mot végan a commencé à devenir populaire, je me suis dit : « mais ils sont fous d’arrêter de consommer de la viande, du fromage, du poisson et toutes ces bonnes choses que je mangeais chaque jour. ». Je les traitais d’inconscients. Puis, quelques mois avant d’arrêter de manger de la viande, j’ai commencé à me renseigner, à lire des études de l’université d’Harvard et à regarder des documentaires. La viande rouge est considérée comme extrêmement mauvaise pour la santé. Ça, ce n’est pas quelque chose de nouveau. Il suffit de 30 secondes de recherches sur Google pour trouver au moins 10 bonnes raisons d’arrêter d’en manger.

Vous avez été voir sur Google ? Bien. Maintenant, il en faut bien plus pour trouver de bonnes études concernant les effets positifs en devenant végan. Pourquoi ? Si l’on réfléchit, à qui cela profiterait de ne pas être en mauvaise santé et d’arrêter de consommer des produits d’origine animale ? Les lobbyistes du lait ? Les hôpitaux et leurs soins de santé qui coûtent parfois une maison dans certains pays (vive le rêve américain) ? Les grandes entreprises pharmaceutiques ? Les producteurs de viande en masse ? La réponse est : à vous. Arrêter d’en consommer vous aidera à rester en bonne santé et d’éviter de gros problèmes de santé. La société dans laquelle nous vivons ne vous le dire jamais clairement lors du journal de 20 heures. Car malheureusement, tout tourne autour de l’argent. Vous allez manger de la viande qui va vous rendre malade – vous allez aller voir un médecin/un chirurgien pour vous soigner – vous allez ensuite prendre les médicaments prescrit par votre médecin – et vous finirez par vous nourrir de la même manière et le cercle vicieux recommencera.

3. Notre planète

Plusieurs personnes n’arrivent toujours pas à comprendre en quoi manger moins de viande peut être bénéfique pour notre planète. La production de viande génère de grandes quantités de méthane et de dioxyde de carbone. Ce sont deux gaz à effet de serre très puissant, responsables du changement climatique. Ajouter à cela, les déforestations. Environ 75% de toutes les terres agricoles sur la Terre servent à cela. Nous allons raser des arbres, soit pour faire de la place pour le bétail, soit pour y planter du soja. Et non, ce soja n’est pas destiné aux végétariens mais aux animaux, pour les nourrir. Car souvent, on me dit : « oui c’est bien beau de manger et boire du soja, mais cela cause beaucoup de déforestation dans le monde ». Je tiens à préciser quelque chose d’important. Si au lieu de donner tout ce soja aux animaux d’élevage destinés à l’abattoir, nous nous en servions pour manger végétarien, nous pourrions combattre la famine sur terre. Car, manger de la viande demande plus de place sur terre que de ne pas en manger. S’il y a plus de places pour la production de soja, il y aura plus de production et donc moins de personnes qui mourront de faim sur Terre. C’est une petite parenthèse que je voulais rajouter, je pourrais écrire un article à ce sujet-là mais je vous laisse vous renseigner un peu plus si ce topic vous intéresse.

Revenons aux déforestations et à l’Amazonie en particulier. On en a souvent entendu parler ces derniers mois, mais saviez-vous que 63% de sa déforestation est dû à l’élevage du bétail ? Le Brésil est le premier exportateur de bœuf au monde. La déforestation nuit à la biodiversité (disparation et mise en danger d’espèces animales et végétales) mais contribue également à notre réchauffement climatique. Une des fonctions importantes d’une plante ou d’un arbre est de « respirer » du CO2 et de « expirer » de l’oxygène. Les déforestations entrainent donc des émissions de gaz à effet de serre. Élever du bétail est aussi polluant que tout le secteur du transport (avions, bateaux, voitures etc.), il est responsable à lui seul de 14.5% des émissions de gaz à effet de serre. Si l’on prend en compte le transport du bétail d’un continent à un autre (qui est compté dans le secteur du transport et non dans celui de l’élevage), on pourrait même en déduire que le secteur du transport est moins polluant.

L’élevage de bétail est donc responsable du réchauffement climatique et de la déforestation. Il est également responsable du gaspillage de l’eau. La production de viande nécessite bien plus d’eau que la production de céréales et de légumineuses. Qui dit changement climatique dit : forte chaleur (Australie et la Californie en payent fortement le prix cette année), ouragans, la fonte des glaces et donc le niveau de la mer qui monte… On parle énormément du Groenland en ce moment. Si celui-ci finissait par entièrement fondre, on pourra dire au revoir à toutes les villes côtières (bye bye Miami et Knokke). Si l’Himalaya finissait par fondre, ce sont des centaines de millions de personnes qui n’auraient plus accès à l’eau potable, à de l’énergie et de la nourriture. En 2016 en Bolivie, les gens se battaient pour avoir de l’eau. Vous vous imaginez ? Non, car c’est quelque chose qui se produit à des milliers de kilomètres et dont on entend à peine parler. Tant que cela ne nous concerne pas directement, l’humain demeure indifférent et égoïste.

Aujourd’hui, à quoi ressemble ma vie ?

Je ne suis pas végétarienne à 100%, je mange de temps en temps du poisson quand je vais manger des sushis par exemple. Mais à la maison, je ne mange plus de viande, de poisson ou de lait. Je me retrouve donc dans la catégorie « pesco-végétarienne ». Ma maman avec qui je vis seule, n’a jamais aimé la viande et donc cela ne la dérange pas plus que ça de ne plus du tout en manger. Quand je mange un barbecue avec des amis, j’apporte ma propre viande. Soit on la cuit pour moi, bien à part (merci les zamis), soit je me prépare une petite salade de pâtes que je prends avec. Au restaurant, j’aperçois de plus en plus de choix végétariens et même végans. Si le restaurant ne propose rien sans viande ou poisson sur sa carte, j’essaie de voir avec la cuisine ce que l’on peut me proposer. Ils réagissent toujours positivement à ma requête et me prépare quelque chose à part (merci à vous pour votre compréhension et vos délicieux petits plats).

Je suis en parfaite santé, je dors mieux, me sens moins ballonnée après les repas et j’ai su perdre 6 kilos sans faire de sport en étant pesco-végétarienne. Trois mois après avoir arrêtée, j’ai été faire une prise de sang pour voir si j’avais besoin de prendre des compléments alimentaires. À ma grande surprise, j’étais en parfaite santé et n’avais besoin de rien du tout. Je me souviendrais toujours de la réaction de mon médecin quand je lui ai dit que j’étais devenue végétarienne : « oh non, ce n’est pas vrai, le corps humain a besoin de viande pour être en bonne santé. Vous ne préférez pas diminuer votre consommation de viande plutôt que de tout arrêter et de devoir prendre pleins de cachets car vous ne serez plus en bonne santé ? ». Vous pouvez vous imaginez le grand sourire sur mon visage quand elle m’a dit que mes résultats étaient excellents. J’ai tout de même décider de prendre quelques compléments alimentaires après avoir effectué plusieurs recherches. Voici ce que je prends au quotidien :  de la vitamine D et de la vitamine B12.

Premièrement, la vitamine D est très importante pour le corps humain et toute la population belge devrait en prendre (ou bien partir 6 mois en vacances par exemple, aux Bahamas, à vous de voir bien sûr). La vitamine D renforce le système immunitaire et diminue le risque d’attraper des infections. Comme mentionné un peu plus haut, la vitamine D se fabrique dans la peau, sous l’influence des rayons de soleil. On peut également en trouver à petite dose dans certains de nos aliments. Je tiens à préciser que cela n’a rien avoir avec le fait de ne plus manger de viande. Je prends de la vitamine D pour renforcer mon système immunitaire. Même les personnes qui mangent de la viande, peuvent être en manque de vitamine D. D’ailleurs je suis rarement malade, je n’hésite donc pas à continuer d’en prendre au quotidien.

Et pour finir, je prends de la vitamine B12. Elle est importante pour un bon fonctionnement du système sanguin et nerveux (formation de globules rouges, protection du système nerveux etc.). Comment en trouver ? En consommant de la viande ou en prenant des compléments alimentaires. Maintenant, vous allez me dire : « Ahaaa, on a quand même besoin de viande pour être en bonne santé tu vois ? ». Eh bien, non. Car en réalité, l’animal n’est que l’intermédiaire. La vitamine B12 n’est pas produite dans le corps de l’animal, c’est une bactérie qui se trouve dans le sol de la terre. Elle fut découverte pour la toute première fois en 1948. Les animaux en ont également besoin pour être en bonne santé et c’est pour cela qu’elle est créée en laboratoire puis administrée aux animaux dans leurs nourritures. La vitamine B12 se trouve ensuite dans leur organisme, l’humain mange la viande animale et se retrouve avec cette même vitamine dans son corps. C’est pour cela qu’on dit que seul les végétariens/végans peuvent être en manque de vitamine B12. Conclusion, pourquoi passer par l’animal si l’on peut en avoir directement ? Au lieu de prendre le chemin le plus long, on peut le raccourcir sans devoir prendre la vie.

Mon objectif

Devenir végan. Je suis une grande mangeuse de fromage, j’adore savourer des œufs à la coque le matin et me délecter d’un yoghourt grec en dessert. J’adore les cookies, les gâteaux au chocolat, le flan au caramel et j’en passe. Devenir végan ne veut pas dire que je vais manger que des lentilles, de la salade et du tofu jusqu’à la fin de ma vie, non. Il existe maintenant de plus en plus de produits végan comme par exemple des cookies ou du fromage végan. Dans certains pays, ces produits sont plus répandus, mais en Belgique cela commence tout doucement à prendre place dans les rayons de nos grands supermarchés.

Durant ma dernière année d’étude à Bruxelles, je vais aller tester de nouvelles adresses où l’on peut trouver de la nourriture végétarienne et/ou végan. Je vous écrirais au fur et à mesure un article et le publierais ici sur le blog. Si jamais vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me laisser un commentaire ou de m’envoyer un message privé sur Instagram.

Des bisous, Clau.

Sources:

You might also enjoy:

2 Comments

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *